Nous sommes le dimanche 20 octobre 2019
Actualité économique

Un e-commerce: en mal de promotion

06/10/2012 10:27
Le commerce électronique demeure peu développé, en dépit d'un chiffre d'affaires de 42,3 millions de dinars, réalisé au cours des huit premiers mois de 2012, soit une croissance de plus de 55% par rapport à la même période de 2011

Le commerce électronique demeure peu développé, en dépit d'un chiffre d'affaires de 42,3 millions de dinars, réalisé au cours des huit premiers mois de 2012, soit une croissance de plus de 55% par rapport à la même période de 2011, indiquent les statistiques du ministère du commerce sur cette activité.

Selon les résultats préliminaires d'une enquête, effectuée en mai 2012, par le ministère du commerce, sur "le comportement du consommateur tunisien en matière de commerce électronique" le manque de compétitivité des prix et l'absence d'un financement adéquat des projets du commerce électronique sont les principales causes de la faiblesse du secteur.

La réticence des tunisiens à acheter en ligne est principalement due aux prix proposés par les sites marchands et jugés peu attractifs par rapport à ceux affichés dans le circuit traditionnel, a fait savoir, M.Lazhar Bennour, directeur du développement du commerce électronique et de l'économie immatérielle, au ministère du commerce, lors d'un entretien accordé à la TAP. Il a rappelé que l'objectif de l'enquête est de connaître la taille réelle du marché, vu que les jeunes promoteurs, désireux de s'adonner à cette activité (e- commerce), "ne disposent pas de données et d'indicateurs sur la demande locale (consommateurs actuels et potentiels par rapport à l'offre)".

Les internautes dont le nombre, en Tunisie, est estimé à 4 millions sont, à ce titre, des consommateurs en ligne potentiels, d'autant que, selon l'enquête, plusieurs tunisiens seraient intéressés par l'achat en ligne, a affirmé le responsable. Dans ce contexte, l'enquête a révélé que les consommateurs dont le revenu est supérieur à 1000 dinars par mois sont les plus disposés à acheter en ligne.

Par catégorie d'âge, les jeunes, âgés de moins de 35 ans, seraient les plus tentés par le recours au e-commerce et ce, indépendamment du genre. Par région, les consommateurs du Grand Tunis sont les plus enclins à vouloir s'approvisionner en ligne, suivis de ceux des régions du Sahel, de Sfax et du Sud-Est. Les sites marchands:problématiques et solutions Les difficultés rencontrées par les propriétaires des sites marchands ont, également, été passées en revue par l'enquête.

Il s'agit essentiellement de problématiques liées au financement, parmi lesquelles il y a lieu de citer celles relatives à l'accès au crédit bancaire, l'absence d'incitations fiscales et de lignes de crédits consacrées au e-commerce. Le responsable a, en outre, évoqué l'absence d'un service après-vente, assurant la maintenance des marchandises acquises en ligne, en plus du quasi-monopole du service Rapide poste pour la livraison de ces marchandises, et "dont les tarifs élevés augmentent énormément les factures de l'e-commerce", a-t-il poursuivi.

Pour M.Bennour, un projet réussi de e-commerce ne se limite pas au développement d'un site de vente en ligne mais consiste en la mise en place de toute une stratégie de marketing et de communication sur les sites et produits à commercialiser afin de mieux se faire connaître auprès des consommateurs. Le responsable estime que "la Tunisie accuse un retard énorme en matière de e-commerce par rapport à des pays comparables, tels que le Maroc, la Turquie et la Jordanie, alors qu'elle était, en 1999, le premier pays de la rive sud-méditerranéenne à s'intéresser au e-commerce".

Cependant, a-t-il ajouté, le nombre des sites électroniques actifs qui utilisent la plateforme de paiement au niveau de la Société Monétique de Tunisie (SMT) et de la Poste Tunisienne, a atteint 687 sites, jusqu'au mois d'août 2012, contre 578 au cours de la même période de 2011" a avancé M.Bennour. "Les sites marchands nationaux lesquels vendent différents produits et services (livres, fournitures scolaires, grandes marques, inscriptions universitaires en ligne, paiement de factures, agences devoyages…) "sont les plus sécurisés au monde", a-t-il souligné.

Bennour a rappelé que le ministère a arrêté une feuille de route pour dynamiser le e-commerce. Celle-ci est axée sur la diffusion de la culture du commerce électronique tant auprès du promoteur que du consommateur. Il s'agit, dans ce contexte, d'encourager les grands distributeurs à vendre en ligne. Par ailleurs, a-t-il préconisé, l'Etat doit donner l'exemple en termes d'utilisation d'Internet en tant que moyen pour s'approvisionner en incitant, à titre indicatif, ses fournisseurs à utiliser Internet lors des achats publics.

Il a mis l'accent sur la nécessité de développer le commerce électronique Business to Business (entre professionnels nationaux et internationaux), lequel constitue une porte d'accès au commerce international, notamment dans les secteurs de l'industrie automobile, des IME (Industries Mécaniques et Electroniques) et du textile. M. Bennour a souligné l'intérêt que les sociétés off shore portent à la vente en ligne, à partir de la Tunisie, d'autant qu'elles ont relevé, qu'en dépit de la crise, le e-commerce a cru de 18% à l'échelle mondiale contre 10 et 16%, pour le commerce traditionnel. Toutefois, a-t-il dit, des problèmes persistent pour ces sociétés, notamment au niveau de la réglementation tunisienne.

Tunisia IT
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos