Nous sommes le jeudi 19 septembre 2019
Actualité économique

Un chiffre d'affaires de 34 Milliards de dinars pour l’économie informelle

17/12/2012 10:49
Le chiffre d'affaires des transactions économiques informelles en Tunisie s'élève à environ 34 milliards de dinars, a affirmé Hernando De Soto, expert et conseiller péruvien en économie parallèle.

Le chiffre d'affaires des transactions économiques informelles en Tunisie s'élève à environ 34 milliards de dinars, a affirmé Hernando De Soto, expert et conseiller péruvien en économie parallèle.

Dans une intervention au séminaire national sur "l'économie informelle et les moyens d'y remédier et de l'organiser" tenu samedi à Tunis, l'expert a précisé qu'environ 524 mille entreprises sur un total de 616 mille sont extralégales (85%).

Le total des actifs commerciaux et immobiliers extralégaux atteint 180 milliards de dinars, ce qui équivaut à 11 fois la valeur capitalisée des entreprises cotées à la bourse de Tunis en 2010 et 4 fois les investissements directs étrangers en Tunisie depuis 1976 (25,9 milliards de dollars).
L'expert péruvien qui dirige l'institut "Liberté et Démocratie", prépare en collaboration avec l'UTICA, une étude sur le thème «l'économie informelle, comment y remédier ?». Il estime que le traitement de cette question, nécessite de rassembler les informations nécessaires sur ce phénomène.

Il a ajouté que les solutions devraient porter sur la structuration de l'économie informelle et la communication avec les personnes actives dans ce domaine, afin de trouver des formules juridiques qui leur permettent de travailler dans la légalité et d'accomplir leur devoir fiscal.
L'amplification de ce phénomène est due selon lui, à la marginalisation, au chômage et au manque de développement dans les régions intérieures.

Pour Wided Bouchamaoui, présidente de l'UTICA, l'économie informelle représente plus de 50% de l'économie tunisienne. Elle a considéré «qu'il est temps pour le gouvernement de prendre des mesures draconiennes pour mettre terme à cette hémorragie» dont les effets se font sentir sur l'économie nationale.

La présidente de l'organisation patronale a souligné l'importance de la conjugaison des efforts de toutes les parties (gouvernement, ANC, associations, organisations..) pour parvenir progressivement à des solutions radicales, permettant de sauver les entrepreneurs et les industriels, travaillant dans un cadre organisé».

Espace Manager
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos