Nous sommes le mardi 15 octobre 2019
Actualité économique

Réformer le système financier pour booster la croissance

13/12/2011 07:43
Le développement de la sécurité alimentaire en Tunisie, la création d'un cadre incitatif à l'agriculture et le développement des mécanismes de financement et de crédit aux PME

Le développement de la sécurité alimentaire en Tunisie, la création d'un cadre incitatif à l'agriculture et le développement des mécanismes de financement et de crédit aux PME, ont été les principales recommandations des participants au séminaire, organisé, lundi, à Tunis sur le thème "Favoriser la croissance et l'investissement pendant la transition".

Les intervenants ont préconisé, notamment, d'assurer une gestion durable de l'énergie, d'acquérir les technologies en matière d'efficacité énergétique et de renforcer l'utilisation des énergies renouvelables. Il s'agit, encore d'instaurer une coopération constante entre les secteurs public et privé et d'instaurer une économie du savoir.

Le ministre des finances, Jalloul Ayed, a souligné dans son intervention à ce séminaire, que la Tunisie post-révolutionnaire a réussi à prendre des mesures d'urgence pour alléger les pressions sociales (création d'emplois, augmentations salariales, aides sociales) ainsi qu'à organiser les élections de la constituante dans de bonnes conditions.

Dans le domaine de la finance, le ministre a relevé qu'en Tunisie, il n'y a pas de vrais organismes qui aident à améliorer les fonds propres des entreprises. "Pour financer les PME et les PMI, il ne faut pas se baser, uniquement, sur les banques mais plutôt créer un marché de fonds propres", a-t-il ajouté.

Il a rappelé, notamment, la création de la Caisse des dépôts et consignations et du fonds générationnel, ce qui permettra de lancer de grands projets d'infrastructure d'un côté et des PME et PMI de l'autre.

"Les réserves budgétaires ont été utilisées dans les indemnisations, les augmentations salariales et les aides sociales, ce qui fait qu'en 2012, il n'y a plus de réserves" a fait remarquer le ministre, tout en recommandant une gestion prudente de l'économie du pays.

"Pour favoriser la croissance et l'investissement en Tunisie, il faut investir dans la technologie et la création et œuvrer, sincèrement, à réformer le système financier, administratif et éducatif. Le nouveau gouvernement doit prendre tout cela en compte", a relevé M. Ayed.

Pour sa part, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Mustapha Kamel Nabli, a souligné que le rôle de l'Etat doit être axé sur la redistribution des richesses et la promotion de l'aspect social. Il faut aussi, a-t-il dit, développer l'innovation technologique, sociale, culturelle.

Une réforme du système financier est, nécessaire, en vue de favoriser une transition majeure de cette activité (financement bancaire, marché des capitaux, fonds propres, bourse) et un développement de tous ses segments (financement de PME, des énergies renouvelables), a-t-il conclu.

TAP
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos