Nous sommes le jeudi 17 octobre 2019
Actualité économique

OIT pour des emplois de qualité en Tunisie

05/10/2011 16:26
Dans un nouveau rapport baptisé « Tunisie : un nouveau contrat social pour une croissance juste et équitable », l’OIT, Organisation internationale du travail, appelle à investir massivement dans la création d'emplois de qualité en Tunisie, en particulier pour les jeunes chômeurs.

Dans un nouveau rapport baptisé « Tunisie : un nouveau contrat social pour une croissance juste et équitable », l’OIT, Organisation internationale du travail, appelle à investir massivement dans la création d'emplois de qualité en Tunisie, en particulier pour les jeunes chômeurs.

Le rapport dresse la situation économique et l'état de l'emploi en Tunisie. Il offre une analyse approfondie de l'économie et du marché du travail et invite le pays à prendre une série de mesures pour remettre l'économie sur pied, créer des emplois de qualité, augmenter les salaires et promouvoir l'égalité et la protection sociale.
Avec environ 30%, le taux de chômage des jeunes tunisiens se situe parmi les plus élevés au monde. Mais, il a été négligé sous le prétexte que la croissance économique était forte. Le pays rencontre un déficit majeur en termes de création d'emplois de qualité: la main-d'œuvre a augmenté pour passer de moins de 3 millions en 1994 à environ 4 millions en 2010. Entre 2004 et 2007, la création nette de 77 000 emplois a été enregistrée, mais il s'agissait en majorité de postes peu qualifiés. Il y avait un décalage entre les emplois créés et les compétences de la main-d'œuvre : le taux de chômage pour les diplômés du supérieur a grimpé de 14% en 2005 à près de 22% en 2009, alors qu'il a reculé pour les personnes non diplômées pendant la même période.
L’étude a, également, souligné un faible niveau d'investissement privé. Malgré des taux de profit en hausse, l'investissement a subi une baisse entre 1990 et 2007. La Tunisie fut l'un des trois seuls pays de la région d'Afrique du Nord-Moyen Orient (avec l'Algérie et l'Egypte) à connaître un recul de l'investissement exprimé en pourcentage du PNB au cours de cette période.
Quant aux salaires, ils sont faibles. Entre 2004 et 2007, les salaires réels ont augmenté d'à peine 2% en moyenne annuelle, ce qui est inférieur à la hausse moyenne annuelle de la productivité de près de 3% pendant la même période.
Le rapport estime une forte émigration. Le nombre de travailleurs tunisiens qualifiés présents en Europe a doublé au cours des années 1990, une tendance qui s'est poursuivie dans les années 2000.
Toujours selon le même rapport, le pays est marqué par des inégalités persistantes entre hommes et femmes. En 2010, le taux d'activité des femmes n'était que de 24,8% contre 69,5% pour les hommes, tandis que le taux de chômage des femmes atteignait 19% contre 11% pour les hommes.
Se tournant vers l'avenir, le rapport indique qu'un « certain nombre de mesures ont été prises par les nouvelles autorités (...), en particulier en ce qui concerne le chômage des jeunes». Mais, il ajoute que cet élan devrait être utilisé pour faire face aux défaillances du marché du travail et pour améliorer le dialogue national sur les enjeux essentiels.

INVESTIR EN TUNISIE
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos