Nous sommes le jeudi 19 septembre 2019
Actualité économique

Nizar Tazni s’associe au leader mondial de l’énergie photovoltaïque

29/11/2011 07:32
Réussir à signer un partenariat avec un leader mondial dans son domaine, et à part égal, au plus fort de la crise que traverse le pays, c’est le formidable pari réussi par Nizar Tazni, patron d’OCC, le plus grand centre d’appels 100% tunisien.

Réussir à signer un partenariat avec un leader mondial dans son domaine, et à part égal, au plus fort de la crise que traverse le pays, c’est le formidable pari réussi par Nizar Tazni, patron d’OCC, le plus grand centre d’appels 100% tunisien.

En effet, Nizar Tazni s’est associé au fameux géant de l’énergie photovoltaïque, Hêlios Energie. Un projet ayant nécessité la mobilisation de pas moins de 20 millions d’euros pour donner naissance à un holding dénommé Hélios Stratégia détenu à parts égales par notre spécialiste de la relation client et la société Hélios Stratégia.

Basée en Tunisie, la nouvelle entité ainsi créée sera chargée de la distribution pour la région MENA-Afrique de deux produits phares du groupe Hélios ; les panneaux photovoltaïques et les onduleurs. Pour ce faire, Hélios Stratégia a ouvert des filiales à Johannesburg pour la région de l’Afrique du sud, en Mauritanie pour l’Afrique de l’Ouest, à Dubaï pour le Moyen-Orient, en plus de Tunis qui couvrira la région du Maghreb.

A terme, ce projet va générer plus de 200 emplois, y compris pour les expatriés tunisiens résidant à Dubaï, avec pour objectif de faire de la Tunisie un centre off shore des énergies renouvelables.

Un projet ambitieux qui, toutefois, doit inévitablement bénéficier du soutien inconditionnel de l’Etat. A ce titre, le premier projet pilote dans le domaine en Tunisie remonte certes à l’année 1994, grâce à la coopération allemande dans la région du Kef, mais l’activité n’a pas connu l’essor approprié avec un parc installé, tout usage confondu, estimé à pas plus de 2 MW.

Il faut reconnaitre à ce propos que la volonté politique a été plutôt frileuse en la matière, surtout lorsque l’on connait le manque d’intérêt accordé par le passé aux zones rurales, premier marché ciblé à l’époque par le photovoltaïque. Pourtant, compte tenu du déséquilibre énergétique dont souffre le pays, cette alternative présente une solution à terme à la hausse de la facture énergétique, d’autant plus que le pays se prête à une telle technologie puisque ne manquant pas d’ensoleillement.

Le prochain gouvernement issu des élections de la Constituante pourrait justement y trouver un moyen pour accélérer le développement des zones régionales prioritaires et, pourquoi pas, généraliser un tel produit à l’ensemble des foyers tunisiens. Ce qui lui permettrait de faire d’une pierre trois coups : baisser le coût de l’énergie, développer une industrie à valeur ajouter et, donc, créer des emplois.

TUNISIAIT
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos