Nous sommes le jeudi 17 octobre 2019
Actualité économique

La Tunisie peut devenir un leader de l'énergie verte

26/03/2012 08:56
Depuis les années 70, la Tunisie a géré la pression croissante du chômage par la promotion des secteurs manufacturiers à faible & moyenne valeur ajoutée

 Depuis les années 70, la Tunisie a géré la pression croissante du chômage par la promotion des secteurs manufacturiers à faible & moyenne valeur ajoutée (Textile, IMM, faisceau de câble), mais peu consommateurs de ressources qualifiées, ce qui a conduit progressivement à frustrer les jeunes diplômés et à aggraver le taux de chômage.

Première tentative de la Tunisie à inverser cette situation était de développer l'entreprise TIC au cours de la dernière décennie, dans l'espoir de devenir le Bangalore en Afrique du Nord. Cependant, les résultats étaient en deçà des attentes : attrait limité aux centres d'appels à la recherche de main-d'œuvre économique, et à un faible nombre de développeurs de logiciels de renom quoi qu’ayant contribué à libérer partiellement le potentiel d'innovation.

Alors que le gouvernement se doit de réajuster sa stratégie industrielle visant à stimuler Start up de TIC, il gagnerait également à profiter pour promouvoir les industries nouvelles et émergentes qui pourraient remodeler l'économie mondiale au cours des prochaines décennies. Les énergies renouvelables devraient être au sommet de la liste.

Le monde est en train de passer aux énergies renouvelables afin de produire de l'énergie durable et sans carbone. Le souci des accidents nucléaires conjugué à la flambée continue des prix du pétrole (au-dessus 120$/baril), poussent plusieurs gouvernements à réviser leurs politiques énergétiques et à opter pour l'énergie verte.

Selon le Programme des Nation Unies pour l'Environnement (PNUE), les investissements mondiaux de 630 Milliards US$, projetés dans le secteur des énergies renouvelables, se traduiraient par au moins 20 millions d'emplois d'ici 2030. En Europe, le secteur de l'énergie verte pourrait créer 2,8 Millions d'emplois nouveaux et ajouter 1,1% à la croissance du PIB si l’objectif des énergies renouvelables de 20% était atteint par l'UE en 2020.

La Tunisie ne devrait pas rater cette occasion unique de suivre le mouvement, et devrait se positionner rapidement pour encourager cette industrie émergente et devenir un important fournisseur de services.

Pour ce faire, plusieurs étapes clés doivent être prises:

1. Établir de nouvelles écoles d'ingénieurs et universités spécialisées dans les énergies renouvelables (principalement solaire, éolienne, houle-motrice et biomasse). Si des centaines de milliers de personnes qualifiées seront nécessaires pour pourvoir les postes vacants actuels et futurs à travers le monde, la Tunisie peut fournir ces compétences.

2. Viser l’externalisation en Tunisie des investissements en énergies renouvelables projetés en Europe (1% du total des investissements UE). Cela pourrait permettre la création de 30.000 nouveaux postes hautement qualifiés en Tunisie.

3. Mettre en place un cluster spécialisé (par exemple, un parc d'énergie verte) qui offre des incitations diverses ainsi que des infrastructures adéquates pour attirer les principales entreprises européennes et mondiales. Le modèle espagnol pourrait être utile à imiter : ‘‘engagement de l'Espagne à l'énergie renouvelable’’.

4. Consolider l’implication technologique dans le projet Desertec (Allemagne): production d’électricité solaire pour un coût de 400 Milliards € dans le désert du Sahara à l'aide des parcs solaires et les éoliennes. La Tunisie pourrait jouer un rôle déterminant pour assurer le pont énergétique du Maghreb à l’Europe. Nur Energie a déjà commencé ce processus avec le projet TuNur (GB). Il en est de même pour le projet TRIGENER (Suisse).

5. Encourager les entrepreneurs locaux à saisir les nouvelles opportunités pour se lancer en affaires connexes, et ce, une fois que les acteurs mondiaux commencent à allouer des investissements verts en Tunisie, sous la forme de parcs éoliens ou solaires, l'usines, de laboratoires et de R & D. La Tunisie deviendrait ainsi un exportateur net de biens et services liés à l'énergie verte.

6. Investir dans la recherche & développement dans les énergies renouvelables. De nombreux organismes internationaux, publics et privés, fourniront des soutiens financiers pour encourager la R & D verte (activité à haut rendement). La Tunisie devrait démarrer cette question dès que possible, et jeter les bases d'un pont solide et efficace entre les universités d'ingénierie et le secteur privé.

Le monde se tourne irréversiblement vers l'énergie verte, et la Tunisie a besoin d'une approche proactive pour s’assurer une intégration rapide à ce processus. Nous sommes à un carrefour crucial et nous devons agir rapidement pour promouvoir notre «énergie verte» et en faire un rayonnement sur la carte verte du monde.

Espace Manager
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos