Nous sommes le dimanche 20 octobre 2019
Actualité économique

Jasmin Airlines bloqué faute d'autorisation

03/11/2012 11:57
Un projet de création d'une compagnie aérienne privée baptisée ''Jasmin Airlines''", qui devra exploiter l'aéroport d'Enfidha, n'a pas vu le jour faute de l'autorisation du ministère du Transport, selon le fondateur et co-actionnaire de ce projet, Foued Sayadi.

Un projet de création d'une compagnie aérienne privée baptisée ''Jasmin Airlines''", qui devra exploiter l'aéroport d'Enfidha, n'a pas vu le jour faute de l'autorisation du ministère du Transport, selon le fondateur et co-actionnaire de ce projet, Foued Sayadi.

Dans un entretien accordé à l’agence TAP, M. Sayadi a précisé que la compagnie, devant être créée moyennant un investissement estimé à 20 millions de dinars, se spécialisera dans les vols charter.
Une fois créé, le projet permettra de garantir, d'après lui, 150 emplois directs et 700 emplois indirects.
"Le ministère du transport adopte un esprit protectionniste et est toujours opposé à la création d'autres compagnies privées", a-t-il dit.

"Si c'est pour protéger le transporteur national, c'est un faux raisonnement", estime le promoteur, "car les nouvelles compagnies tunisiennes privées ne pourront en aucun cas le concurrencer", a avancé M. Sayadi.
Le responsable pense qu'au contraire, "l'implantation de ces compagnies permettra de préparer le terrain à l'Open Sky, impulser l'activité économique, créer des emplois et contribuer à la promotion du tourisme".

M. Sayadi, s'engage à respecter le cahier des charges relatif à la réalisation de ce type de projets.
Il estime que cette nouvelle compagnie, une fois créée, contribuera à l'exploitation optimale de l'infrastructure aéroportuaire en Tunisie dans la mesure ou les aéroports tunisiens, dont la capacité annuelle est estimée à 30 millions de personnes, n'accueillent qu'environ 6 millions personnes chaque année.

En Tunisie, Syphax Airlines est, jusqu'à présent, la seule compagnie aérienne privée qui a été autorisée à opérer après la révolution et à exploiter, aux côtés de Tunisair, l'aéroport international de Carthage.
Pourtant, le pays prévoit d'ouvrir son ciel et avait déjà prévu des négociations, en octobre 2012, avec l'Union Européenne concernant l'Open Sky.
D'après le responsable, plusieurs promoteurs tunisiens attendent le feu vert du Ministère du transport pour lancer des projets similaires.

Espace Manager
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos