Nous sommes le mercredi 16 octobre 2019
Actualité économique

Cession de 50,24% du capital de Carthage Cement

30/10/2012 08:04
La société de matériaux de construction, ”Bina Corp”, dont l’Etat tunisien est le principal actionnaire, a décidé de céder son bloc d’actions dans la société Carthage Cement (50,24% du capital), sur décision de “la commission nationale de gestion d’avoirs et des fonds, objet de confiscation ou de récupération en faveur de l’Etat”.

La société de matériaux de construction, ”Bina Corp”, dont l’Etat tunisien est le principal actionnaire, a décidé de céder son bloc d’actions dans la société Carthage Cement (50,24% du capital), sur décision de “la commission nationale de gestion d’avoirs et des fonds, objet de confiscation ou de récupération en faveur de l’Etat”.

Le ministère des Finances a lancé lundi 29 octobre, un appel d’offres international, portant dans une première étape sur “un avis d’appel à manifestation d’intérêt”.

Les candidats intéressés sont appelés à adresser une lettre par “courrier, e- mail, fac-similé ou porteur”, à la société Swicorp (Banque d’affaires suisse), soit à son siège à Tunis (Immeuble Lira, les Berges du Lac) ou en Suisse (8 Quai Gustave-Ador Genève-Suisse-).

Le dossier d’appel d’offres sera disponible à partir du 19 novembre 2012, au siège de Carthage Cement (Jardins du Lac II), moyennant la signature d’un accord de confidentialité et le paiement d’un montant non remboursable de 3 mille dinars.

Carthage Cement (créée en Octobre 2008) représente trois segments d’activités (agrégats, béton prêt à l’emploi et ciment).

Elle possède une autorisation d’exploitation sur des terrains en pleine propriété d’environ 218 ha, dans la région de Jebel Ressas.

La société a une capacité de production de 19 200 tonnes d’agrégats par jour, ce qui fait d’elle le plus grand producteur de granulats de Tunisie.

Tunisie Numérique
Espace entreprise
Si vous n'avez pas encore d'espace professionnel,
inscrivez-vous maintenant

Mot de passe oublié?
Publicité
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre d'infos